Andreas Schleicher, statisticien et membre de l'OCDE

L’État d’esprit entrepreneurial, la condition ultime à la réussite éducative, selon Andreas Schleicher, directeur de l’Education à l’OCDE.

Échange entre Saku et Schleicher pour Hundred. L’enjeu de l’apprentissage post COVID-19: un esprit d’entrepreneuriat fort chez l’enseignant pour opérer un changement par la technologie. A travers l’exemple de la Chine, Andreas Schleicher met en lumière les initiatives déjà proposées dans l’oeuvre visionnaire Edupreunarial Pivot, en 2019. 

L’outil principal de l’enseignant, c’est lui-même. Encore faut-il qu’il cultive l’État d’esprit entrepreneurial. Andreas Schleicher affirme la nécessité d’une mutation de l’enseignant dépendant vers l’enseignant autonome: celui qui entreprend, crée et renouvelle. L’État d’esprit entrepreneurial est aussi la réponse à des pays qui souhaitent repenser l’apprentissage, notamment ceux en difficulté: « Cela revient encore une fois aux enseignants », affirme Andreas Schleicher.

Schleicher défend la fin d’une dépendance entre l’enseignant et le programme. Dans son échange avec Saku, le Directeur de l’Education et ses compétences, illustre ce que le Pivot défend: La crise sanitaire a fait ressortir des besoins majeurs dans le champ de l’éducation. L’enseignant doit devenir un « leader, créateur d’un environnement d’apprentissage innovant, co-créateur, coordinateur et coach pour les apprenants ».

La Chine, exemple majeur de l’État d’esprit entrepreneurial. Alors que les enseignants chinois ont adopté une culture de recherche et de collaboration, Andreas Schleicher indique « Ils ne sont pas habitués à un programme qui leur tombe dessus, mais choisissent plutôt de co-créer des environnements d’apprentissage en utilisant un acolyte de taille: la technologie ».

Si la technologie n’est pas un nouvel outil éducatif, il y a cependant un besoin de renouveau dans son utilisation. La première nécessité, c’est rendre le matériel accessible à tous les apprenants. La seconde, un accompagnement complet de la part de l’enseignant. « Dans le monde, seulement 50% des enseignants se sentent à l’aise ou familiers avec l’enseignement digital », précise Schleicher.

Comment repenser l’adoption de la technologie? À travers le récit des succès et les outils développés par Edupreunarial Pivot, nous incluons la technologie non pas seulement comme un outil mais comme le coeur du changement. Le constat d’une inégalité matérielle chez les apprenants ne peut pas être une excuse pour un enseignement digital minimal et insuffisant.

Ici encore, la Chine a gagné le pari de l’entrepreneuriat dans l’apprentissage digital. Décrit par Andreas Schleicher comme « l’exemple le plus impressionnant », la Chine a donné un accès en ligne à plus de 50 millions d’apprenants en un mois. Une réponse efficace dans le pays berceau du Coronavirus. « Ils n’ont pas seulement compté sur les plateformes de diffusion mais se sont concentrés sur la création d’une relation forte avec leurs élèves. Ils ont combiné environnement social et environnement digital afin d’atteindre chaque apprenant. Celui qui n’avait pas d’accès digital, se voyait délivrer des manuels scolaires à domicile. »

« Dans cette période de distanciation sociale, les relations sociales doivent être au coeur de toute chose », mentionne le chercheur allemand.

En cultivant l’État d’esprit entrepreneurial, l’enseignant influence l’élève dans son rapport à l’apprentissage. Ce dernier devient plus exigeant et donc plus participatif. « Les élèves diront désormais ce qu’ils aiment apprendre et comment ils aiment apprendre, ainsi l’enseignant ne pourra plus offrir le même apprentissage qu’avant », décrit Schleicher. La crise sanitaire est l’opportunité pour l’enseignant de s’adapter au style d’apprentissage de chacun et pour l’élève de s’approprier les stratégies pédagogiques.

Autre conséquence: la réduction des inégalités. Chacun apprend différemment. La relation individuelle avec l’apprenant doit se faire à l’intérieur et au delà de la classe. « Á mon sens, les enseignants sont probablement la seule solution possible aux inégalités massives que cette crise apporte dans la vie de nos élèves », affirme Andreas Schleicher.

Que reste t-il à faire? Selon Schleicher, l’enseignant doit être l’initiateur du changement. Sa ressource clé: la technologie. Pour ce faire, les gouvernements locaux doivent soutenir concrètement ces initiatives. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ainsi que HUNDRED encouragent les collaborations au delà des frontières et  les partenariats entre secteur privé et secteur public.

Pour relever les enjeux de demain, le pivot offre le Canevas Passage à l’Enseignement à distance (PAED): un outil simple et gratuit à disposition de tous les acteurs du monde de l’éducation. Le canevas PAED permet d’adresser la question de l’enseignement à distance. Notre webinar, également accessible en ligne, vous guide dans la maîtrise du canevas PAED.

Vous pouvez retrouver l’interview d’Andreas Schleicher pour Hundred ici.

Posted in État d’esprit entrepreneurial, Blog ED, Canevas PAED, Twenty-One Accueil.