Une question de Marie-José Astre-Demoulin

Marie-José Astre-Demoulin, Coach et consultante en relations interculturelles, interroge les auteurs à l'occasion du lancement du livre "Pivot Edupreneurial" le 9 avril 2019 à BSL-Business School Lausanne. Track used : Far Away (Sting) by MK2 disponible sur https://www.youtube.com/audiolibrary/music

La puissance du mot « Edupreneurial » : une question de Marie-José Astre-Demoulin

A l’occasion du lancement du livre « Pivot Edupreneurial », Marie-José Aster partage avec les auteurs le potentiel qu’elle voit dans la création du mot « Edupreneurial ».

Marie-José :

D’abord, Edupreneurial c’est un super mot, je pense qu’il y a vraiment quelque chose qui en tout cas chez moi, je n’ai jamais réfléchi à ce mot, et ça ouvre beaucoup de formes de réflexion.

Je pense aussi que, de ce que j’en ai entendu parler… du primaire et du secondaire, en tout cas des enfants d’un certain âge. Et on a parlé dans les entreprises du « topdown », du « bottom-up ».

Je pense que là dans des écoles de type privé, comme une Business School, ou quelque chose comme ça. Le fait de mettre ça en place peut faire réfléchir des jeunes qui vont devenir parents et qui vont pouvoir envisager aussi l’avenir autrement, c’est-à-dire eux aussi le regarder d’une autre manière. C’est-à-dire qu’en le mettant en place dans des institutions, c’est une attitude. Il n’y a plus les parents sur le dos de la même manière, ou il n’y a plus des réticences, de la peur, par rapport à l’ordinateur, ce qui est compréhensible aussi chez les parents d’enfants plus jeune.

Là on va peut-être mettre en place quelque chose d’intéressant et, de mon expérience du monde, il me semble qu’il y a aussi beaucoup d’enseignants qui, tout à fait comme vous l’avez dit tout à l’heure, peut-être ne savent pas ce qu’ils savent. C’est-à-dire qui, par exemple, ont des compétences, vont pouvoir faire du montage vidéo chez eux, mais qui vont avoir peur des outils dans la classe.

Donc peut-être qu’il y a quelque chose à travailler sur, rendre les enseignants conscients de ce qu’ils pourraient amener et que pour l’instant on ne leur a pas appris à amener.

Dominique :

Exactement, et ça c’est la partie créativité des attributs d’état d’esprit entrepreneurial. C’est que finalement, créativité et connexion, ça veut dire justement faire ces parallèles là et se poser la question « Qu’est-ce que je peux faire avec mes ressources à disposition, avec mon portfolio de compétences ? ». Si on parle RH ou talent management.

C’est vrai qu’il y a toute cette idée-là qui se cache. Mais merci encore pour le feedback sur le mot, parce qu’effectivement nous l’avons inventé avec David à Montréal précisément sur le Mont Royal on se promenant. On s’est dit qu’il nous faut quelque chose de catchy qui va être parlant, et du coup Edupreneurial Pivot est né. Donc le mot « Edupreuneurial », je l’espère, va avoir le même succès et qu’il va pouvoir être utilisé.

Marie-José :

C’est ça, et il faut le faire vibrer parce que c’est un mot qui marche.

Photo : Charles-Albert Claivaz

Posted in État d’esprit entrepreneurial, Blog ED, Le Pivot.