Faire entrer l’éducation dans le XXIe siècle au travers des bibliothèques – Sara Furnival

Nous avons rencontré Sara Furnival pendant la conférence annuelle de l’Upper Grand District School Board à Niagara-on-the-Lake, au Canada, en août 2019. Nous avions alors convenu avec elle qu’elle serait l’invitée de Twenty-One pour une interview permettant de plonger dans la transformation de la bibliothèque dont elle a la charge en un véritable « Learning Lab ».

Sara Furnival est enseignante-bibliothécaire à l’école Westminster Woods à Guelph, Ontario, depuis l’ouverture de l’établissement en 2010.

En 2014, très inspirée par un document de l’Association canadienne des bibliothèques, intitulé Leading Learning: Standards of Practice For School Library Learning Commons in Canada, Sara s’est associée à la révolution qui a vu les bibliothèques d’école se transformer en hubs destinés à l’apprentissage, prêts pour les défis du futur et désormais irremplaçables.

En six ans seulement, Sara a traduit cette nouvelle vision du rôle des bibliothèques à l’école en une série de projets concrets qui fournissent une nouvelle route pour l’apprentissage du XXIe siècle.

Le podcast passe en revue les étapes clés du parcours qu’a emprunté Sara, souvent avec le concours d’autres enseignants-bibliothécaire, depuis la première lecture de Leading Learning jusqu’à aujourd’hui.

Sara Furnival -- teacher librarian -- Février 2020 by Edupreneurial Pivot

Stream Sara Furnival -- teacher librarian -- Février 2020 by Edupreneurial Pivot from desktop or your mobile device

Une nouvelle façon d’innover

Au début de l’interview, Sara lit l’extrait de Leading Learning avec lequel tout a commencé : « L’environnement d’apprentissage de la bibliothèque est un hub physique et virtuel pour tous les enseignements de l’école. Il est conçu pour l’élaboration et la conduite d’apprentissages et d’enseignements tournés vers le futur dans toute l’école. Les expériences d’apprentissages basées sur la recherche, le projet ou la résolution de problèmes sont des catalyseurs pour l’ouverture de la réflexion sur l’information, les idées, la pensée et le dialogue. La lecture s’affermit, la fluidité dans l’apprentissage, les compétences en technologie se développent, la pensée critique, la créativité, l’innovation et le plaisir d’apprendre sont nourris. Chacun est un apprenant, chacun est un enseignant travaillant en collaboration vers l’apprentissage. »

Sara insiste sur le rôle crucial qu’a joué cette lecture au début de son parcours. Cette lecture l’a conduite à réfléchir sur la façon dont quelques-uns des principes qu’elle avait découverts dans l’approche Reggio Emilia de l’éducation de la petite enfance pouvaient être appliqués dans le contexte de la bibliothèque de l’école. Sara avait été complètement séduite par les pratiques et les principes de Reggio Emilia pendant ses études à la York University quelques années plus tôt. Elle s’intéressait en particulier à la façon dont l’enseignant bibliothécaire pouvait devenir un « provocateur » d’expériences d’apprentissage à l’intérieur de l’école, ainsi qu’à la façon dont la bibliothèque elle-même, en tant qu’environnement, pouvait provoquer une grande variété de contextes permettant d’apprendre.

L’interview met aussi en évidence que le cadre fourni par Leading Learning était une invitation ouverte à entrer en action, et ne consistait pas en une série d’objectifs à atteindre impérativement. A chaque étape de la mise en œuvre du cadre, Sara et ses collègues enseignants-bibliothécaires se sont sentis à la place du chauffeur.

Cette liberté donnée aux acteurs du changement peut être considérée comme une manière édupreneneuriale d’implémenter l’innovation dans le système éducatif.

La Table à étincelle

L’une des premières initiatives mise en œuvre par Sara dans sa nouvelle bibliothèque a consisté en l’introduction de la Table à étincelle, un espace concret dédié à provoquer la curiosité et à donner aux élèves des opportunités d’entrer en action avec divers types de matériaux.

Sara explique que l’idée de la Table à étincelle lui est venue dans un contexte très particulier. Elle et ses collègues enseignants-bibliothécaires, ainsi que leur supérieur au service des bibliothèques, étaient engagés dans un riche dialogue au sujet de la façon de faire vivre la vision de Leading Learning. Ils parlaient en particulier de la possibilité de créer des espaces dédiés à provoquer l’émerveillement et la curiosité au cœur de leurs bibliothèques.

Sara quant à elle était particulièrement inspirée par les pratiques des pédagogques de Reggio Emilia et se demandait comment elle pouvait créer pour ses élèves des invitations à explorer et à apprendre. Elle a imaginé un espace irrésistible, rempli de matériaux naturels qui pourraient provoquer des questions des discussions. La Table à étincelle était née.

La bibliothèque était toujours à la même place, mais elle n’était plus dans le même monde.

Sara et ses collègues se sont mis à concevoir des Tables à étincelle, des stations d’émerveillement et des coins à curiosité. C’était seulement le début.

De la ligne téléphonique au téléphone portable

Alors que Sara et ses collègues étaient en train de mettre en place ces espaces de découverte dans les bibliothèques de leurs écoles, ils s’attelèrent à une autre initiative qui allait devenir le catalyseur aussi bien d’une transformation complète des bibliothèques, ainsi que d’une implémentation plus rapide de méthodes d’enseignement innovantes.

Avec l’aide de cinq enseignants-bibliothécaires, Sara a initié un projet collaboratif pour concevoir et mettre sur pied un set de maker bins (c’est-à-dire de caisses contenant tout le matériel destiné à une activité d’apprentissage) à destination de la bibliothèque professionnelle du board. Le but était de mettre à disposition de toutes les bibliothèques du board du matériel pouvant servir à mettre en place des Tables à étincelle ou des makerspaces (ateliers destinés à l’apprentissage par la construction d’objets, souvent associés à de la technologie).

Les Makerpsace and Game Bins, comme ils sont appelés désormais, transportent aussi bien du contenu avec technologie que du contenu sans technologie, des minéraux destinés à l’étude à du sable magnétique, une station destinée à l’animation image par image, des projets de robotique and, plus récemment, des appareils adaptés à la réalité virtuelle. Les caisses sont disponibles à tous dans le Upper Grand District School Board, dans les bibliothèques, les salles de classe et pour enrichir des programmes spécialisés tels que le support à l’anglais en seconde langue.

The maker bins have received constant and lasting support. At the time the maker bins project was developed, the Terry James Resource Centre, which is the library of the board, was beginning its own transformation to becoming a very high-tech space. Sara and her fellow librarians were able to assist in bringing this vision to life by helping ensure equitable access to an ever-growing wealth of resources. 

Les maker bins ont reçu un soutien constant et durable. A l’époque maker bins où le projet des se développait, le Terry James Resource Centre, qui est la bibliothèque du board, commençait sa transformation en un espace très high-tech

Pour les maker bins, comme pour n’importe quel projet, le succès à long terme est lié à la capacité à créer de la valeur.

Il y a en ce moment plus de 100 maker bins disponibles. Ils sont très populaires. Le projet a été présenté à de nombreuses occasions, et le Terry James Resource Centre maintient un dialogue constant avec les enseignants, pour garder le contenu des caisses aussi pertinent et innovant que possible.

Les équipes du Terry James Resource Centre sont totalement dévouées au développement des caisses avec l’intention de préparer au mieux les élèves pour leur futur. La liste complète des ressources disponibles se trouve sur le site web du projet : https://sites.google.com/ugcloud.ca/makerspace-bins-terryjamesrc/home.

The success of the maker bins allowed Sara to feel comfortable moving to new initiatives such as creating unique recess programs for her students, such as the E-textiles Club.

Une courbe d’apprentissage pour le monde réel

La conference ISTE ((International Society for Technology in Education) de Denver en 2016 a conduit Sara à découvrir le mode du e-textiles et des circuits souples. Dans le podcast, elle décrit le moment exact où elle a découvert le concept des e-textiles créés à partir de lampes et de composants électriques. Sara a été complètement fascinée par la façon dont l’association des techniques de couture classiques et de l’ingénierie électrique était « à la fois simple et si compliquée ».

L’année scolaire 2016-2017 a servi à développer confiance et créativité chez les élèves de Grade 5 à 8 qui ont été les premiers à participer au e-textiles club. Sara a dû faire preuve de résilience, alors que la mise sur pied du club e-textiles se révélait plus compliquée que prévue.

A decisive shift happened during the 2017-2018 school year. The children wanted to make the next year an outreach year, and they had an objective to promote e-textiles to other students. To do so, the « Fireflies » as they had decided to call themselves needed more material. The students decided to design a few marketable products including sugar skulls, donuts and bracelets that they could sell to their peers at their school’s upcoming Open House. Their sale was a huge success with over 35 pre-orders sold. The reality of this success set in quickly as they began to work very hard to make, package and deliver the ordered pieces. Along the way, they had to “hire” more peers to help and actually finished their last order on the very last day of the school year. 

Un tournant décisif a eu lieu pendant l’année scolaire 2017-2018. Les enfants voulaient faire de cette année une année de diffusion, et ils avaient pour cela un objectif visant à promouvoir les e-textiles auprès des autres élèves. Pour cela, les « Fireflies », comme ils avaient décidé de se nommer, avaient besoin de plus de matériel. Les élèves décidèrent de créer des objets qui pourraient être vendus, afin de les proposer à leurs pairs à l’occasion des Portes Ouvertes de leur école. La vente s’est révélée un grand succès avec la vente de 35 précommandes. La réalité de ce succès s’est mise en place rapidement alors que les enfants avaient commencé à travailler dur pour fabriquer, emballer et livrer les pièces commandées. Au cours de ce processus, ils durent « embaucher » des pairs et ils purent terminer leur dernière pièce le tout dernier jour de l’école.

Chemin faisant, les Fireflies devinrent de vrais entrepreneurs. Sara insiste sur le fait que tout a été mené par les élèves eux-mêmes et s’est passé très organiquement.

Grâce à ces efforts, 2018-2019 fut l’année de la diffusion. Les Fireflies diversifièrent leurs activités en prenant une part active à la communication de leur projet. De la vidéo conférence à la mise sur pied d’ateliers, ils eurent l’opportunité d’acquérir une toute nouvelle gamme de compétences.

En 2019-2020, les enfants se rapprochèrent encore du monde réel de l’entrepreneuriat en vendant une nouvelle ligne de produits crées à l’école à l’occasion d’un marché artisanal tenu dans la bibliothèque de leur école.

Enseignement collaboratif

L’ensemble de la communauté scolaire a embrassé l’idée de la bibliothèque en tant que hub de l’apprentissage du XXIe siècle. Sara collabore de façon régulière avec les enseignants de toute l’école.

Elle considère cette coopération comme la meilleure partie de son travail. Dans l’esprit de Reggio Emilia, elle est heureuse que cette contribution permette d’augmenter les possibilités données aux élèves de partager leurs idées de multiples façons différentes. Les écrans verts, les stations d’animation image par image, les podcasts sont comme des langues supplémentaires.

La prochaine fois que vous visitez une école, assurez-vous de visiter la bibliothèque. Maintenant que vous savez comment les bibliothèques peuvent jouer un rôle dans pour l’innovation en éducation, vous saurez quoi chercher. Les étagères poussiéreuses et les éditions démodées ne sont plus désormais les signes distinctifs des bibliothèques.

The most impressive aspect of Sara’s achievements is the speed at which the changes could be conducted. It has only been six years since Leading Learning was published. In a system where reforms count in decades rather than months, a major educational transformation has been completed at a fantastic pace.

L’aspect le plus impressionnant des réalisations de Sara est la vitesse à laquelle elles sont nées. Leading Learning a été publiée il y a six mois seulement. Dans un système dans lequel le temps des réformes se compte en décennies plutôt qu’en mois, une transformation éducative majeure a été réalisée en un temps record.

C’est un nouveau signe que les changements naturels, viraux, entrepreneuriaux font une différence cruciale dans une ère dans laquelle les changements significatifs doivent avoir lieu rapidement.

Mille mercis à Sara pour son temps et son enthousiasme.

Nous tenons à exprimer notre reconnaissance à Brent Mc Donald, superintendant à l’Upper Grand District School Board pour son invitation à participer et à partager un atelier à l’occasion de Learning Fair 2019 et pour avoir permis tous ces échanges si inspirants !

Sara Furninval is on Twenty-One
Posted in Blog ED, Non classé, Twenty-One, Twenty-One Accueil.